déc. 19, 2023 - Minute de lectureMinutes de lecture

Quels probiotiques pour les dents ?

Depuis que la recherche scientifique a révélé l’impact fondamental pour la santé globale des microbiotes du corps, microbiote intestinal, microbiote de la peau, microbiote buccal… On considère avec un grand intérêt l’usage des probiotiques pour maintenir l’équilibre de ces écosystèmes qui agissent notamment sur notre immunité. A tel point que dans un horizon proche, certains soins dentaires pourraient faire intervenir des stratégies basées sur l’utilisation personnalisée de probiotiques.

Contenu

Comment ces probiotiques interviennent-ils au bénéfice du microbiote de la cavité buccale ? Sont-ils réellement utiles pour prévenir caries dentaires, halitose et maladies parodontales ? Et où les trouver ? Cet article vous propose de faire le point.

Les probiotiques, qu’est-ce que c’est ?

Définition

Le terme Probiotique vient du grec « pro bios », littéralement « en faveur de la vie ». Il est proposé en 1965 par les scientifiques Lilly et Stillwell pour désigner les substances produites par un micro-organisme stimulant la croissance d’autres microorganismes (2). Aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a entériné la définition suivante : « Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantités adéquates, confèrent un avantage pour la santé de l’hôte » (3). En d’autres termes, ces micro-organismes, principalement des bactéries, sans danger pour la consommation humaine, sont réputés avoir des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels, en contribuant au maintien de l’équilibre du microbiote dans lequel ils se trouvent.

Il existe de nombreux probiotiques mais les plus étudiés dans le cadre de la santé dentaire sont les bifidus ou bifidobacterium, les bactéries lactiques ou lactobacillus. (7)

Modes d’action des probiotiques dentaires

La littérature scientifique décrit de nombreux mécanismes d’intervention des probiotiques ou « bactéries utiles » dans le cadre de la santé dentaire : (4 et 5) : 

  • Les bactéries utiles ont un bon niveau d’adhérence qui leur permet de coloniser les diverses surfaces de la cavité dentaire (5),
  • Elles prennent la place des bactéries nocives sur les sites de fixation dans la bouche et donc limitent leur implantation,
  • Elles consomment des nutriments nécessaires au développement des souches de bactéries pathogènes et donc les empêchent de prospérer,
  • Elles dégradent les toxines produites par les pathogènes,
  • Elles libèrent des substances antimicrobiennes qui à leur tour inhibent ou détruisent les mauvaises bactéries,
  • Elles modifient l’environnement buccal en modulant notamment le pH buccal afin de contrarier l’installation des pathogènes dans la bouche,
  • Elles réduisent la réponse inflammatoire de l’hôte dans le tissu environnant,
  • Elles stimulent l’immunité de la cavité buccale.

Bénéfices des probiotiques pour la santé dentaire

Les bénéfices de probiotiques dans la santé dentaire n’ont pas tous été validés, de même que tous les probiotiques efficaces n’ont pas encore été tous identifiés. Mais leur intérêt se démontre au fil de nombreuses études cliniques et semble intervenir aussi bien en prévention des affections bucco-dentaires que dans le cadre d’une prise en charge thérapeutique.

Quand faut-il prendre des probiotiques ?

Certaines perturbations telles qu’une alimentation très riche en sucres, une dérégulation du contrôle microbien, la prise de médicaments modifiant la flore buccale, une sensibilité accrue de la cavité buccale de l’hôte… provoquent la prolifération des bactéries nocives et une rupture de l’équilibre du microbiote buccal.

Le nombre de mauvaises bactéries déjà présentes naturellement dans la bouche augmente. En surnombre, elles rompent l’équilibre de la flore buccale, créant une « dysbiose ».

La dysbiose induit le développement des pathologies infectieuses telles que les caries, les maladies parodontales (2) Cette dysbiose s’avère également dangereuse pour l’ensemble de l’organisme, surtout s’il est déjà fragilisé par une maladie chronique.

En complément d’une routine de soins bucco-dentaires, la consommation de probiotiques pourrait aider à lutter contre les bactéries pathogènes responsables de la dysbiose en prenant leur place dans la cavité buccale et en empêchant leur prolifération. Ils pourraient agir en prévention ou constituer un complément intéressant dans le cadre de la prise en charge des maladies bucco-dentaires.

L’utilisation des probiotiques en santé buccale pourrait offrir par ailleurs un complément de réponse à la résistance croissante des bactéries aux antibiotiques. (2)

Probiotiques et caries dentaires (5)

La carie dentaire n’est autre qu’une déminéralisation par acidification de l’émail de la dent, d’origine bactérienne. La littérature scientifique a démontré l’effet protecteur de certains probiotiques face à la carie dentaire, notamment du probiotique Limosillobacillus reuteri (1). Le Lactobacillus reuteri intervient en réduisant le taux de Streptococcus mutans, une bactérie qui a longtemps été considérée comme responsable de la carie dentaire.

Probiotiques et maladies parodontales (5)

Les maladies parodontales recouvrent :

  • La gingivite, caractérisée par une inflammation et saignement de la gencive,
  • La parodontite, une maladie destructrice et progressive qui affecte l’ensemble des tissus de soutien de la dent, dit « parodonte », comprenant l’os alvéolaire du maxillaire (mâchoire supérieure) ou de la mandibule (mâchoire inférieure), le ligament alvéo-dentaire, la gencive, le cément de la racine dentaire.

Des bactéries particulièrement virulentes sont capables de coloniser les poches parodontales, ces espaces créés entre la dent et la gencive par accumulation de plaque dentaire et de tartre au-dessus et sous la gencive. Elles sont responsables de ces maladies – gingivites et parodontites.

De nombreuses études démontrent une amélioration de l’état de santé dentaire de patients atteints de maladies parodontales après avoir ingéré des probiotiques incorporés dans de la gomme à mâcher ou des pastilles, en adjonction au traitement mécanique du chirurgien-dentiste et une hygiène bucco-dentaire adaptée dans le cadre de la prise en charge globale du patient. Parmi ces probiotiques figurent Limosilactobacilus  reuteri – dont Lactobacillus reuteri Prodentis –, Lactobacillus plantarumLactobacillus reuteri, et Lactobacillus brevis.

En colonisant la cavité buccale, ces souches de probiotiques parviennent à freiner la croissance des bactéries pathogènes responsables du développement des maladies parodontales. Ils permettent une amélioration majorée de leurs symptômes (par rapport au traitement mécanique seul), mesurables selon certains critères cliniques :

- Indice de plaque dentaire,

- Indice gingival,

- Saignement des gencives.

Probiotiques et mauvaise haleine

Les causes de la mauvaise haleine dite « halitose » sont à rechercher dans l’alimentation, les désordres métaboliques, les infections respiratoires, ou dans une trop faible production de salive entraînant une sensation de sécheresse buccale ou « xérostomie ». Mais surtout dans une accumulation de plaque dentaire et de ses bactéries et un déséquilibre du microbiote buccal ou dysbiose. C’est la dégradation en composés sulfurés volatils des protéines salivaires et alimentaires par les bactéries anaérobies qui provoque les mauvaises odeurs de la bouche.

Selon certaines études, il semble que certaines souches de probiotiques prises en gargarisme ou sous forme de gommes ou de pastilles peuvent inhiber cette production de composés sulfurés volatils et apporter une solution aux problèmes de mauvaise haleine. (5)

Attention : les effets protecteurs des probiotiques doivent être complétés d’une hygiène dentaire irréprochable avec brossage des dents, utilisation de fil dentaire et de brossettes interdentaires, et d’un suivi régulier du dentiste.

Où trouver les meilleurs probiotiques dentaires ?

Dans l’alimentation

La première source de probiotiques vers laquelle se tourner est l'alimentation, en particulier vers les aliments fermentés riches en acides lactiques (lactobacilles) :

  • Le fromage, surtout les pâtes pressées cuites comme le Comté ou l'Emmental,
  • Les produits fermentés ou en saumure comme le kéfir (lait fermenté), la choucroute, les cornichons, les olives ou le saucisson,
  • Les yaourts, naturellement riches en probiotiques (cf. encadré : Les vertus du yaourt) mais parfois enrichis,
  • Le pain au levain.

Accorder une place importante à ces aliments pourrait aider à la réduction du risque de développer une pathologie dentaire et le soulagement des symptômes déjà manifestes, tout en œuvrant pour la santé globale.

En complémentation

Certains industriels ont mis au point et breveté des compléments alimentaires dans lesquels des probiotiques spécifiques ont été incorporés, combinant parfois différentes souches de probiotiques utiles pour la santé buccale. Ces compléments se présentent souvent sous forme de gommes à mâcher ou de pastilles à sucer et contiennent des bactéries probiotiques vivantes lyophilisées qui diffusent dans toute la cavité buccale et s’attachent à toutes les surfaces dentaires. Ces probiotiques prennent alors en partie la place des bactéries génératrices de caries dites « cariogènes » et responsables du développement des maladies parodontales dites « parodontopathogènes ».

Gommes ou pastilles, pour s’avérer intéressantes, doivent être utilisées pendant la durée et à la dose recommandée par le fabricant.

NB : Les effets sur le long terme de l’absorption de ces compléments alimentaires doivent être confirmés.


Les vertus du yaourt (5 et 6)

Le yaourt contient naturellement des probiotiques dont les principaux – Streptococcus thermophilus et Lactobacillus bulgaricus – sont de la famille des lactobacilles et des bifidobactéries, omniprésentes dans la cavité buccale.

Il y a plus de trente espèces différentes de bactéries du genre probiotique bifidobacterium, plus familièrement appelé bifidus, et quatre d’entre elles sont couramment utilisées comme probiotiques buccaux. Elles interviennent dans l'équilibre du pH de la salive, empêchent les bactéries nocives de coloniser la muqueuse buccale, et modulent les réponses immunitaires de l’organisme.

Non seulement ces probiotiques facilitent l’équilibre du microbiote buccal mais ils aident à digérer le lactose.

Une étude suggèrerait une relation entre la santé parodontale et la consommation de yaourts ou boissons fermentées à base de lait, grâce aux bactéries lactiques présentes dans ces aliments, qui contrôlent la croissance des pathogènes responsables des parodontites.

Enfin, la bactérie Lactobacillus helveticus qui se forme pendant la fermentation du lait agirait sur les ostéoblastes à l’origine de la formation des os, et contribuerait à réduire la perte de matière osseuse associée à la parodontite.

En revanche, les yaourts ne sont pas miraculeux. Il faut en effet une quinzaine de jours de consommation régulière pour que leurs bénéfices se manifestent et ils disparaissent dès que la consommation cesse. Sachez enfin que les yaourts au lait pasteurisé, donc quasiment tous ceux que l’on achète dans le commerce, ont une teneur en probiotiques très limitée.


Sources :

1) https://www.information-dentaire.fr/formations/effets-de-la-consommation-de-lactobacillus-reuteri-sur-l-ecologie-de-la-cavite-buccale/#:~:text=La%20revue%20de%20la%20litt%C3%A9rature,gingivale%20%5B10%2C%2011%5D.

2) Evaluation du potentiel probiotique de lactobacilles buccaux par Johan Samot https://www.theses.fr/2012BOR21970

3) Food and Agricultural Organization of the United Nations and World Health Organization. (2002). Joint FAO/WHO working group report on drafting guidelines for the evaluation of probiotics in food. Food and Agricultural Organization of the United Nations.

4) https://www.lecourrierdudentiste.com/dossiers-du-mois/les-probiotiques.html

5) https://www.cda-adc.ca/jadc/vol-75/issue-8/585.pdf

6) https://www.aquaportail.com/definition-12033-bifidobacterie.html

7) https://www.dentaly.org/probiotiques-maladies-parodontales