Vous êtes actuellement sur:

G.U.M France

Pour trouver un point de vente, merci d'indiquer votre pays & votre langue. Vous serez redirigé vers le site de votre pays.

  • Royaume-Uni
  • Belgique
  • Allemagne
  • Danemark
  • Espagne
  • Finlande
  • France
  • Grèce
  • Italie
  • Pays-Bas
  • Pologne
  • Portugal
  • Suède
Petite fille retenant sa respiration

Quel bain de bouche contre la mauvaise haleine ?

Le bain de bouche contribue à l’hygiène bucco-dentaire. Il complète le brossage des dents et le nettoyage interdentaire. Il s’utilise pour le confort buccal, pour une bouche fraiche, mais aussi parfois en traitement. Dans le cas de la mauvaise haleine, il est incontournable à plus d’un titre. Hydratants, rafraichissants et antiseptiques, certains bains de bouche ont été spécialement conçus contre l’halitose.

Le bain de bouche, un soin complémentaire de l’hygiène bucco-dentaire

Le bain de bouche fait partie de l’hygiène bucco-dentaire. Réalisé après le brossage et le nettoyage interdentaire, il complète très avantageusement le nettoyage des dents. Ces trois outils ont leurs propres spécificités.

Le brossage permet de nettoyer la majorité des surfaces dentaires. Mais certaines zones sont inaccessibles aux brins de la brosse à dents. C’est le cas des dents situées au fond, mais aussi des espaces interdentaires où viennent se loger des débris alimentaires. Or s’ils ne sont pas éliminés régulièrement, ces derniers contribuent à la prolifération bactérienne.

En effet, notre bouche héberge toutes sortes de microorganismes dont des bactéries, qui se nourrissent de sucres alimentaires. Elles se développent particulièrement dans les régions buccales où les brins de la brosse n’ont pas accès. Elles contribuent ensuite à la formation de la plaque dentaire, que l’on décrit comme un enduit à la surface des dents. Celui-ci est donc composé à la fois de bactéries, de débris alimentaires et de protéines salivaires.

Si cette plaque dentaire n’est pas régulièrement éliminée, elle peut se durcir et former le tartre. À ce stade, seul le dentiste peut l’ôter en réalisant un détartrage.

D’où l’intérêt de nettoyer chaque jour les surfaces dentaires avec la brosse, puis avec une brossette interdentaire afin d’ôter toutes traces de débris alimentaires et de compléter avec un bain de bouche pour une action durable dans le temps. En effet, le bain de bouche étant liquide, outre le fait qu’il accède à la totalité des surfaces dentaires, non rincé ses actifs vont continuer à agir longtemps après l’application.

Dans cet objectif, les bains de bouche peuvent être particulièrement intéressants en complément du brossage et du fil dentaire.

Lorsque la plaque dentaire progresse et que s’installe le tartre

La plaque dentaire héberge des foyers bactériens capables d’endommager l’émail. En effet, si les bactéries se nourrissent de sucres alimentaires qu’elles trouvent dans notre bouche, elles rejettent des substances acides. Même si l’émail est la substance la plus dure de notre organisme, elle peut s’altérer, notamment en présence des acides émis par les bactéries. C’est ainsi que se forment les caries.

Une plaque dentaire qui s’accumule, s’épaissit et se transforme en tartre présente également l’inconvénient de « repousser » la gencive, on parle de récession gingivale, et de provoquer une inflammation de la gencive. Dans ce dernier cas, on parle de gingivite. Cette inflammation est bénigne et réversible, mais seulement au début. En effet, si l’inflammation persiste et s’étend aux tissus plus profonds, que sont les tissus de soutien des dents situés autour des racines dentaires, les lésions risquent alors d’être irréversibles : on parle ici de parodontite. Ces maladies parodontales (gingivite et parodontite) peuvent être prévenues grâce à une hygiène bucco-dentaire appropriée qui va empêcher le développement bactérien et l’accumulation de plaque dentaire.

Bactéries et plaque dentaire sont aussi responsables de la mauvaise haleine

La plaque dentaire est également responsable de la mauvaise haleine. Cette odeur désagréable qui émane de l’air expiré par la bouche est liée dans la majorité des cas à la présence excessive de bactéries dans la cavité buccale. En effet, outre la production d’acides qui attaquent l’émail dentaire et favorisent la formation de caries, les bactéries buccales dégradent les protéines présentes dans la bouche et libèrent des composés sulfurés volatils à l’odeur nauséabonde, sortes de gaz malodorants.

Quelles sont les causes d’une mauvaise haleine ?

Les situations qui favorisent le développement bactérien responsable de la mauvaise haleine sont nombreuses :

  • Une hygiène bucco-dentaire insuffisante car elle favorise la prolifération des bactéries.
  • Le port d’une prothèse, d’un appareil dentaire ou d’orthodontie susceptible d’entraver la bonne hygiène bucco-dentaire.
  • Une sècheresse de la bouche, car lorsque la salive se raréfie, elle élimine moins bien les bactéries.
  • Certaines maladies bucco-dentaires : gingivites, parodontites, caries, abcès dentaires
  • D’autres pathologies : affections ORL ou pulmonaires, reflux gastro-œsophagien, diabète, maladies rénales…
  • L’alimentation : excès de protéines, l’ail, l’oignon, le chou, les épices…
  • La consommation d’alcool et de tabac.

Comment faire pour se débarrasser de la mauvaise haleine ?

Il est nécessaire d’identifier la cause pour mieux l’éliminer. Dans la grande majorité des cas, la mauvaise haleine a une origine buccale qui peut se neutraliser en améliorant l’hygiène bucco-dentaire. Elle comprend un brossage des dents deux fois par jour, complété par le passage d’un fil dentaire ou de brossettes interdentaires. Idéalement, ce rituel bucco-dentaire biquotidien se termine par la réalisation d’un bain de bouche, particulièrement utile en présence d’une mauvaise haleine. Les bains de bouche présentent ici de multiples avantages :

  • Ils assainissent la bouche en éliminant les bactéries.
  • Liquides, ils sont les seuls à accéder aux espaces interdentaires les plus étroits. 
  • Ils imprègnent aussi la langue, dont les villosités hébergent près de 60% des bactéries buccales (ne pas hésiter à utiliser un gratte-langue en complément).
  • Souvent enrichis en huiles essentielles (sauge, menthe, thym…), ils apportent une agréable sensation de fraicheur dans la bouche. 
  • Ils contribuent pour certains à hydrater la bouche, ce qui est idéal en prévention ou en cas de mauvaise haleine liée à une sècheresse buccale.

Bien choisir son bain de bouche pour une bonne haleine

  • Certains bains de bouche sont spécialement conçus pour lutter contre la mauvaise haleine. Leur efficacité pour rafraichir l’haleine est renforcée grâce à leurs propriétés antibactériennes.
  • Privilégier les produits enrichis en actifs fraicheurs.
  • Pour une bouche saine, éviter les bains de bouche contenant de l’alcool, car ils ont des effets desséchants et irritants sur les muqueuses.
Bain de bouche GUM® HaliControl®

Bain de bouche GUM® HaliControl®

Il vous aide à retrouver une haleine pure et saine et vous procure une fraîcheur longue durée. Il agit sur les causes de la mauvaise haleine : les bactéries et les composés malodorant qu'elles produisent en dégradant les résidus alimentaires.

Bain de bouche : mode d’emploi

  • Pur ou dilué, se fier aux conseils du fabricant indiqués sur le flacon.
  • A réaliser après le brossage et après le passage du fil dentaire ou des brossettes interdentaires. Attention, certains bains de bouche antiseptiques recommandent d’attendre 30 minutes après le brossage afin d’éviter une interaction entre le dentifrice et les agents antiseptiques.
  • Au moins une fois par jour pour éviter le mauvais goût dans la bouche.
  • En gargarisme pendant une minute environ, en veillant à ce que toute la cavité buccale et toutes les surfaces dentaires entrent bien en contact avec le produit.
  • Les bains de bouche ne remplacent ni le brossage ni l’usage du fil dentaire ou des brossettes interdentaires, ni le détartrage annuel chez le chirurgien-dentiste.

Contre-indication chez l’enfant de moins de 6 ans

Pas de bain de bouche chez les enfants de moins de 6 ans, car le réflexe de déglutition n’étant pas encore bien contrôlé, il existe un risque d’avaler le produit.